Tout risquer sur la Parole

Dimanche dernier, nous avons entendu le récit de la vocation de Jérémie. Ce week-end, nous entendrons l’appel d’Isaïe. Deux grands prophètes. Nous savons qu’un prophète est envoyé pour annoncer la Parole, parfois à contre-courant des mœurs et des valeurs de son peuple et de son époque. Isaïe a entendu la voix de Celui qui appelle et qui envoie : « Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ? » Il a répondu : « Me voici : envoie-moi ! ».

Jésus lui-même s’est inscrit dans la lignée des grands prophètes. C’est lui le Verbe de Dieu qui est désormais présent au milieu de ses disciples. Jésus a pour mission de porter très haut la Parole de Dieu. Au bord du lac de Génésareth, la foule se presse autour de lui. Mais Jésus a besoin de nouveaux témoins de l’amour de Dieu et de sa miséricorde pour apporter au monde et jusqu’aux extrémités de la terre, la Bonne Nouvelle.

Envahi et pressé de toute part pendant qu’il annonçait la Bonne Nouvelle, arrivent des pêcheurs. Ils reviennent d’une nuit infructueuse. La pêche n’a rien donné. Professionnels et bons pêcheurs qu’ils sont, ils savent qu’ils ont perdu leur nuit. Les yeux lourds de sommeil, fatigués, dépités. Fichu métier ! Ils ont quitté leur barque. Il ne leur reste qu’à se retirer au sec, à laver les filets, les ranger. Seule envie : aller se reposer…

C’est ce moment que choisit Jésus pour monter dans la barque. De là, il enseignait. Après son enseignement, il donne cet ordre à Simon : « Avance  au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Qu’est-ce qu’il sait de la pêche, ce charpentier ! Il ignore sans doute que c’est pendant la nuit que l’on pêche ! « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais sur ta parole, je vais jeter les filets. » « Sur ta Parole » : Simon Pierre prend le risque, il mise sur la Parole de Jésus. Et on connaît la suite : « Ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer… ». La suite sera plus belle encore pour Pierre. C’est sur la Parole qu’il « prendra » dorénavant des hommes, associé à un certain Paul. Ce Paul qui avait tout d’abord persécuté les amis et disciples de Jésus, mais qui ensuite consacrera sa vie à annoncer la Parole qui sauve.

Arrive notre tour aujourd’hui. Nous vivons une période de doute. Nous en sommes, nous-mêmes, peut-être déjà atteints. Avec l’Église et nos communautés paroissiales, nous avons longuement dragué les fonds d’humanité des hommes et de femmes de notre temps, dans nos quartiers et dans nos familles, au travail, mais nos filets restent désespérément vides.

Mais aujourd’hui, redisons « Seigneur, sur ta Parole », nous jetterons encore les filets. Nous avons peut-être trop compté sur nos propres efforts, nos techniques, notre intelligence. Seigneur Jésus, nous te supplions, reste à bord de notre barque et « sur ta Parole », seulement, nous jetterons encore nos filets.

Christophe Chatillon
Curé de la Paroisse Orléans Coeur de Ville