Ouvrons-nous à la diversité !

Depuis la nuit des temps, Dieu souhaite révéler aux hommes son amour et il les invite à le rencontrer. Il leur donne ainsi la force de son Esprit. Dieu avait déjà choisi Moïse et les anciens du peuple pour devenir les serviteurs de son Alliance et être prophètes. Jésus enverra lui aussi ses douze apôtres en mission. Avec le même but de révéler son amour et sauver son peuple de l’esclavage et de la mort.

Dieu est libre, libre d’envoyer son Esprit où il veut. Et voici que l’Esprit souffle partout, il souffle sur tous les hommes, même sur ceux qui ne font pas partie du groupe des disciples. L’évangile nous appelle alors à ne pas nous enfermer sur nous-mêmes, à ne pas nous convaincre d’avoir le monopole du bon jugement, à être tolérants à l’égard des autres et respecter ceux qui ne sont pas du même groupe, du même bord. Aussi bien Moïse que Jésus invitent à l’ouverture à l’égard de ceux qui sont différents de nous.

Jésus répond à l’objection ô combien identitaire et sectaire de Jean : « il n’est pas des nôtres » Le Christ veut nous guérir de notre vision trop étroite. N’est-il pas le ‘catholique’ par excellence, l’homme universel qui présente Dieu comme celui qui fait pleuvoir ses bienfaits sur tous, quelle que soit leur origine, religion, nation. Jésus n’a pas eu peur de s’adresser à tous, de manger à la table des publicains, d’aborder la samaritaine et la prostituée, de s’approcher et de guérir des malades et des lépreux. Comme lui, Dieu s’adresse aux bons comme aux mauvais. Son soleil brille sur tous. Son cœur est ouvert à tous. 

N’ayons pas peur de nous ouvrir à la diversité. Les textes de ce dimanche nous obligent à nous interroger sur nos préjugés, exclusions, rejets des autres et ils nous invitent à l’ouverture et au dialogue, afin de nous émerveiller, pour mieux comprendre l’autre dans ce qu’il est et ce qu’il vit, pour nous enrichir mutuellement, sans renier ce que nous sommes.

Nous deviendrons ainsi, à notre tour, des porteurs de lumière et d’espérance, des témoins de la Bonne Nouvelle et de l’amour de Dieu pour tous.

Père Christophe Chatillon