Jésus, Parole de Dieu en acte

Ce dimanche s’ouvre pour nous l’évangile selon saint Luc qui nous accompagnera au fil de cette année liturgique. Luc explique son projet (1,1-4) et de suite le lectionnaire nous présente Jésus à la synagogue (4,14-21). Jésus est un juif pratiquant. Il s’inscrit dans son peuple, avec sa pratique religieuse, tout simplement… ou presque ! 

Le livre de Néhémie, dont nous entendrons un passage dans la première lecture, nous décrit une liturgie que nous dirions aujourd’hui “de la Parole”. C’est le prototype de la liturgie synagogale que Jésus a vécue, prototype aussi de nos liturgies qui s’enracinent dans la liturgie juive. Il faut s’imaginer ce grand rassemblement solennel qui ressemble tant à nos liturgies dominicales. Il y a une assemblée, nombreuse, hommes, femmes, enfants en âge de comprendre. Cela se passe le premier jour du septième mois. Nous célébrons le premier jour de la semaine. Il y a un lecteur, le peuple écoute.

Jésus se lève pour faire la lecture. On peut l’imaginer à l’ambon. Il lit un passage du prophète Isaïe et fait un commentaire. À l’époque, le prédicateur s’assied, c’est l’attitude de celui qui enseigne. Et tout le monde le regarde, les yeux sont fixés sur lui, dit l’évangéliste. 

Et nous ? On pourrait se dire qu’il n’y a pas grand-chose de changé. Nos rites ressemblent très fort à ceux de Néhémie, Esdras et même à ceux de la synagogue de Nazareth. Déjà cela n’est pas anodin. Nous nous inscrivons dans une longue tradition. Les rites que nous reproduisons au fil des ans, Jésus lui-même les a vécus. Cela nous le rend proche dans nos célébrations. 

Mais la grande différence, radicale, nous est donnée dans la finale de notre évangile : “Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre” (Lc 4,21). En Jésus s’accomplit la prophétie d’Isaïe. Mais plus encore, Jésus EST la Parole de Dieu faite chair. L’Ecriture devient Parole vivante. Cette Bonne Nouvelle est à vivre maintenant, dès aujourd’hui. L’Esprit de Dieu est à l’œuvre partout où il y a libération, lumière, joie, amour. 

Lors de nos assemblées, quand le prêtre a achevé la proclamation de l’Évangile, il dit : “Acclamons la Parole de Dieu”. Un peu comme Esdras dans la première lecture. Mais nous répondons : “Louange à toi, Seigneur Jésus !” La différence est radicale. Nous reconnaissons que Jésus est présent, lui la Parole de Dieu. Il est présent et c’est lui qui nous parle, aujourd’hui !

Christophe Chatillon
Curé de la Paroisse Orléans Coeur de Ville