Faites tout ce qu’Il vous dira

La mère de Jésus n’est guère présente dans l’évangile de Jean. Attentive : elle est là cependant au moment où son fils vient de faire son entrée dans le grand public ! Discrète, elle ne demande rien, mais elle observe, signale et… se fait même remettre en place. Cela ne l’empêche pas de souffler en douce de judicieux conseils aux organisateurs de la noce. Voilà une des rares interventions de sa part, où elle semble inviter son fils à assumer sa mission.

Le projet de l’évangéliste est de communiquer ce qu’il appelle des “signes”, autrement dit des indices qui révèlent qui est Jésus de Nazareth. Accompagné de disciples fraîchement choisis, Jésus participe aux festivités locales, tout simplement. Saint Jean, comme toute la communauté chrétienne qui l’entoure, a cette conviction profonde que Jésus est le Messie tant attendu. Cette foi, il désire nous la partager surtout que certains considèrent Jésus comme un imposteur.

Dans le cadre d’une noce, dont le plus mystique des évangélistes est le seul à parler, le récit apporte des repères qui peuvent nous aider à découvrir une présence que seule la foi peut nous révéler. Pour cela, il faut dépasser Cana et la fête villageoise pour rejoindre le grand courant prophétique qui parcourt l’histoire de ce peuple. Il faut retrouver les signes de l’Alliance et donc des noces entre Dieu et le peuple qu’il a choisi. Il faut se rendre compte que les jarres qui contenaient de l’eau pour les ablutions rituelles offrent aux convives les meilleurs crus quand le repas s’achève, au risque d’humilier les jeunes époux.

Voilà le signe, par excellence : celui que Dieu avait promis et les prophètes annoncé ! C’en est donc fini des austérités légalistes et des ablutions rituelles ; place à une alliance d’amour où Dieu se fait tellement proche qu’il devient l’un d’entre nous. Place aux joies de la noce et au vin nouveau de l’Esprit de Dieu qui vient bouleverser des habitudes, rompre des traditions et relativiser les conformismes. Les vieilles outres de la première alliance ? Périmées ! Irruption de la fête et de la joie ! Plus question de menaces et de peurs, de tristesse et d’ennui : le bon vin du royaume nouveau invite à se laisser griser par l’Esprit et “à s’exprimer en d’autres langues” comme à la Pentecôte.

Quel est ce vin qui manque à nos vies pour que la tiédeur fasse place à la saveur, et pour que l’enthousiasme l’emporte sur toutes nos torpeurs ? Ce qui se passe à Cana se passe dans notre vie. Marie est là ! Elle nous invite à faire confiance à son Fils Jésus quand le vin nouveau manque dans nos vies, quand la joie et le bonheur semblent disparaître. Elle nous regarde, nous accompagne, avec un accueil inconditionnel. Elle ouvre son cœur maternel. Elle nous indique le chemin pour prendre soin des autres et de nous, pour être attentifs à nos frères et sœurs dans le besoin. Tout ce qu’il vous dira, faites-le !

Christophe Chatillon
Curé de la Paroisse Orléans Coeur de Ville