Temps ordinaire

“Ordinaire” ne signifie pas nécessairement “banal” ou “insignifiant”. Voilà un temps liturgique qui n’a rien d’ordinaire. En effet comme les autres moments de l’année liturgique, il présente des caractéristiques propres. On l’appelle “temps ordinaire” parce qu’il se situe entre deux cycles festifs de l’année liturgique. La couleur verte, couleur de la nature, nous rappelle au contraire que c’est le temps de la croissance, de l’espérance. Une invitation à grandir, à suivre Jésus de plus en plus. Au cœur du quotidien, la sève de la vie de Dieu nous vivifie pour que nous portions du fruit là où nous sommes enracinés. C’est le temps de la fidélité, le temps de la patience ; le chrétien y apprend à vivre l’expérience du disciple, une expérience de compagnonnage avec Jésus qui enseigne.
Pendant plusieurs dimanches, jusqu’au mercredi des cendres, nous allons suivre Jésus, accueillir son enseignement et découvrir ses actions. Après l’arrestation de Jean-Baptiste, sa mission prend une nouvelle ampleur. Jésus appelle d’autres hommes pour commencer une nouvelle ère : annoncer la Bonne Nouvelle ! Chacun de nous est appelé, avec ses qualités et ses fragilités, sa foi et ses doutes, à répondre à l’invitation du Seigneur : “Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté” (Ps 39).

Père Christophe Chatillon