La conviction de Pierre

“Tout le monde te cherche” (Mc 1,37). Voici la première phrase qui sort de la bouche de Pierre dans l’Evangile le plus ancien et rédigé, selon la Tradition, sous son influence directe. On peut donc affirmer sans peine que nous avons ici une conviction fondamentale du premier des apôtres et de ses compagnons : tout le monde cherche le Christ.

Affirmer aujourd’hui que tout le monde cherche Dieu peut sembler une contrevérité quand on constate à quel point la foi chrétienne est devenue minoritaire dans notre société française. Pourtant, il ne s’agit pas ici de partir du constat empirique que nous pouvons tous faire, mais du primat de la parole de Dieu qui est une parole de vérité sur l’homme. Si Dieu, à travers l’Evangile, me révèle cette vérité, c’est que je suis invité à relire les événements et les situations avec son regard à lui.

Il s’agit, ici même, de nous laisser interpeller par un élément constitutif et premier de la nouvelle évangélisation : la conversion personnelle. Conversion de ma pensée, de mon regard, de ma perception de l’homme, etc… Ainsi nous découvrons que le regard de Dieu sur l’homme est bien plus positif et prometteur que le nôtre. Être convaincu que le coeur de tout homme est créé pour chercher Dieu, c’est transfigurer notre regard sur la société dans laquelle nous vivons. Professer la conviction de Pierre, c’est nous mettre en situation d’apôtres, porteurs de l’unique Bonne Nouvelle.

A la porte de la maison de Pierre, se pressaient tous ceux qui étaient atteints d’un mal. C’est à eux que l’Evangile est destiné en priorité ! C’est pour eux, qu’il est urgent de l’annoncer ! L’Eglise n’est-elle pas la nouvelle maison de l’apôtre Pierre ? Saurons-nous reconnaître et accueillir celles et ceux qui sont à nos portes et qui attendent aussi d’être relevés et remis debout par un geste, une parole, une présence ? Qui sont-ils ? Qu’attendent-ils ? Sommes-nous prêts, comme les disciples, à partir à la recherche de Jésus, au cœur de leur nuit, pour qu’ils puissent eux aussi le rencontrer ?

Chaque jour, Jésus dit à son Eglise, « Allons ailleurs » (Mc 1,38). Malheureux sommes-nous si notre foi n’a plus cette capacité à nous bousculer, à nous bouger pour découvrir cet « ailleurs » dont parle Jésus. Jésus ne cesse de nous envoyer sur de nouveaux chemins. Chaque fois que nous pensons être arrivés au but, le Christ nous invite à nous remettre en route. Chaque fois que nous restons enfermés dans nos certitudes, le Christ nous invite à redevenir des chercheurs de cet ailleurs. Chaque fois que nous nous replions sur nous-mêmes ou notre petit cercle trop étroit, le Christ nous invite à cet ailleurs qui nous ouvre à l’autre, aux autres, et à Dieu… qui sans cesse nous précède !

Père Christophe Chatillon